Le A-Trane s’amuse avec Ed Motta

Publié le Wednesday 29 April 2015
dans: Blog, Concerts

Ed Motta, ou comme il aime le rappeler “Edji Motta” selon la prononciation brésilienne, est un vrai phénomène. Au-delà d’un chanteur surdoué, c’est aussi et surtout un musicien hors pair. Avec ses collègues issus de quatre nations européennes différentes, il a donné un feux d’artifice musical dans la petite salle de Charlottenburg.

 

EdMotta

 

Outre les messieurs endimanchés, la communauté brésilienne de Berlin était présente pour mettre l’ambiance et interpeller le chanteur par de chaleureuses discussions en portugais… quand ce n’était pas lui qui les interpellait ! On a découvert un Ed Motta humoriste, presque acteur de one-man-show. Il n’hésite pas à se moquer de lui-même en parlant  de son propre poids ou de son ancienne coupe de cheveux. Et le chanteur imite les accents étrangers à merveille.

 

Sa voix, capable de descendre dans des graves d’une profondeur vertigineuse, a fait vibrer la salle dans une incroyable improvisation a capella, où il rejouait la basse et la batterie. Au départ, les chansons étaient plus orientées rock comme son dernier album intitulé AOR (pour Adult Oriented Rock), qui désigne une catégorie créée à la fin des années 70 et faisant référence à des musiques de séries américaines genre Magnum ou L’île fantastique (où les protagonistes sont en chemise à fleur dans des décors paradisiaques !). Avec des références à Christopher Cross et Steely Dan, aux voix emplies de delays et aux guitares pleines de chorus… Cet énorme collectionneur se réapproprie à merveille un style qui a marqué son enfance, un style à la fois riche et méconnu, voire parfois même déconsidéré.

 

 

 

Le chanteur oscille entre textes en anglais et en portugais, même si les influences brésiliennes se font plus ténues que la musique américaine. Un rock bien sûr toujours teinté de multiples influences et donc peut-être mieux défini par le mot “fusion”. Une fusion aux accents fin 70’s début 80’s, assez mélodieuse et sensible, toujours très précise. Le A-Trane, toute petite salle très vite bondée, mérite qu’on réserve afin d’avoir une place assise. Dans une ambiance tout de même assez policée de jazz-café new-yorkais, les Allemands cinquantenaires qui composent le public sont généralement assez enthousiastes. L’avantage est la proximité avec le groupe. Car Ed Motta met tout le monde à l’aise et nous emmène avec lui dans son univers musical. Avec une section cuivre, on se serait presque cru sur un paquebot voguant vers les Caraïbes…

 

 

Alexandre Maigrot

 

 

Ed Motta

A-Trane
26 avril 2015
A-trane.de
Edmotta.com

 

 

Un rêve à poursuivre avec ce très bon mix AOR, réalisé par Ed Motta en personne :

Partagez cet article

Leave a Reply

  • BERLIN POCHE #74 - JUILLET/AOÛT 2015
  • BERLIN POCHE #73 - JUIN 2015
  • BERLIN POCHE #72 - MAI 2015
  • BERLIN POCHE #71 - AVRIL 2015
  • BERLIN POCHE #70 - MARS 2015
  • BERLIN POCHE #69 - FÉVRIER 2015
  • BERLIN POCHE #68 - DÉC.14/JAN.15
  • BERLIN POCHE #67 - NOVEMBRE 2014
  • BERLIN POCHE #66 - OCTOBRE 2014
  • BERLIN POCHE #65 - SEPTEMBRE 2014
  • BERLIN POCHE #64 - JUILLET/AOÛT 2014
  • BERLIN POCHE #63 - JUIN 2014
  • BERLIN POCHE #62 - MAI 2014
  • BERLIN POCHE #61 - AVRIL 2014
  • BERLIN POCHE #60 - MARS 2014
  • BERLIN POCHE #59 - FÉVRIER 2014
  • BERLIN POCHE #58 - JANVIER 2014
  • BERLIN POCHE #57 - DÉCEMBRE 2013
  • BERLIN POCHE #56 - NOVEMBRE 2013
  • BERLIN POCHE #55 - OCTOBRE 2013
  • BERLIN POCHE #54 - SEPTEMBRE 2013
  • BERLIN POCHE #53 - JUILLET / AOÛT 2013
  • BERLIN POCHE #52 - JUIN 2013
  • BERLIN POCHE #51 - MAI 2013
  • BERLIN POCHE #50 - AVRIL 2013
  • BERLIN POCHE #49 - MARS 2013
  • BERLIN POCHE #48 - FÉV 2013