TT15: Vieilles filles au bord de la crise de nerfs

Publié le Friday 22 May 2015

Le Burgtheater de Vienne est invité aux Theatertreffen avec une histoire de silences pesant sur trois générations de femmes autrichiennes. Une pièce où règnent magistralement lourdeur et douleur, secrets et mensonges, crimes et châtiments.

 

theatertreffen ttf

© Georg Soulek

 

Dès la première minute, le ton est donné : l’ambiance sera inquiétante, la tension sera maximale. Le plafond, qui descend pendant que les femmes parlent, les menace, et la pièce dans laquelle elles se trouvent en devient suffocante, sale, et angoissante, d’autant plus qu’il y clignote une lumière de néon.

 

Sur scène, trois femmes (la grand-mère et la petite-fille et entre les deux, la fille, à moitié folle). Et quatre narratrices caméléons, qui portent tantôt des robes blanches baroques ambiance cour de justice, tantôt des costumes noirs d’inspectrices ou encore des robes d’infirmière d’un hôpital d’autrefois. Elles sont les témoins intemporelles de l’histoire, elles narrent et questionnent, et traquent. Silence ! La cour demande le silence ! L’accusée est sous les projecteurs, invitée à répondre.

 

Outre leur parenté, qu’on comprend rapidement, le secret et le malheur unissent les trois femmes – qui enchaînent des bouts de scènes et des propos si décousus qu’il faut un certain temps pour pouvoir distinguer qui est qui. Les hommes sont absents, évoqués ça et là, « il est sorti de la douche, je l’ai pris en photo, nu ». « Comment ça, tu veux être enterrée avec ta mère ? », hurle la fille. « Et papa ?! ». Entre les accusations et les engueulades qui fusent, on s’accroche à une phrase qui sert de fil rouge à l’intrigue familiale : la vieille a dit à la petite-fille, « dans la caisse, il y a mon journal. Tu peux le lire ». Et la petite-fille de découvrir l’horreur enfouie… interrompue par un coup de fil : « Ça va, ma chérie ? Je voulais juste savoir si tu étais bien rentrée… »

 

Pendant ce temps-là, les femmes-témoins évoquent et accusent et les termes se répètent : il y a guerre, il y a soldat, il y a désertion, dénonciation, collaboration, mise à mort. Coupable de sa mort. Tu ne savais pas ce que tu faisais ? Personne n’y croit, tu ne pouvais pas ne pas savoir. Lâcheté, mensonges – silence ! L’accusée doit répondre en disant toute la vérité. « La vérité ! », répond l’accusée. « Si seulement j’y croyais, à la vérité. Comment voulez-vous que je dise la vérité, si je ne me rappelle de rien ? »

 

theatertreffen ttf

© Georg Soulek

 

« Maintenant je veux la vérité, je veux l’entendre de ta bouche ! », hurle la petite-fille qui déboule dans la chambre d’hôpital de la grand-mère, dont le sol est jonché de terre. Elle a lu le journal. Et bientôt elle est sa grand-mère, c’est elle qu’on accuse, c’est elle qui crie, pleure et se défend, s’écroule sur le tapis de terre. L’air est suffocant, l’ambiance est intenable – comme le silence qui empoisonne après le crime, génération après génération.
 
 

Nathalie Frank

 
 
Die Unverheiratete
De Ewald Palmetshofer, mise en scène par Robert Borgmann pour le Burgtheater im Akademietheater de Vienne.
Présenté aux Theatertreffen les 6 et 7 mai, Haus der Berliner Festspiele.
Berlinerfestspiele.de

Partagez cet article

Leave a Reply

  • BERLIN POCHE #74 - JUILLET/AOÛT 2015
  • BERLIN POCHE #73 - JUIN 2015
  • BERLIN POCHE #72 - MAI 2015
  • BERLIN POCHE #71 - AVRIL 2015
  • BERLIN POCHE #70 - MARS 2015
  • BERLIN POCHE #69 - FÉVRIER 2015
  • BERLIN POCHE #68 - DÉC.14/JAN.15
  • BERLIN POCHE #67 - NOVEMBRE 2014
  • BERLIN POCHE #66 - OCTOBRE 2014
  • BERLIN POCHE #65 - SEPTEMBRE 2014
  • BERLIN POCHE #64 - JUILLET/AOÛT 2014
  • BERLIN POCHE #63 - JUIN 2014
  • BERLIN POCHE #62 - MAI 2014
  • BERLIN POCHE #61 - AVRIL 2014
  • BERLIN POCHE #60 - MARS 2014
  • BERLIN POCHE #59 - FÉVRIER 2014
  • BERLIN POCHE #58 - JANVIER 2014
  • BERLIN POCHE #57 - DÉCEMBRE 2013
  • BERLIN POCHE #56 - NOVEMBRE 2013
  • BERLIN POCHE #55 - OCTOBRE 2013
  • BERLIN POCHE #54 - SEPTEMBRE 2013
  • BERLIN POCHE #53 - JUILLET / AOÛT 2013
  • BERLIN POCHE #52 - JUIN 2013
  • BERLIN POCHE #51 - MAI 2013
  • BERLIN POCHE #50 - AVRIL 2013
  • BERLIN POCHE #49 - MARS 2013
  • BERLIN POCHE #48 - FÉV 2013