Malsalon : apprendre à peindre comme les plus grands

Publié le Dimanche 7 juillet 2013

Dans notre édition d’été, on vous fait découvrir le Malsalon qui vient d’ouvrir ses portes à Prenzlauer Berg. Ici, des artistes aguerris et formateurs vous expliquent étape par étape comment réaliser une toile en s’inspirant des plus grands chefs-d’œuvre de la peinture. À l’occasion de la séance spéciale du 14 juillet organisée en l’honneur de la France (la séance sera consacrée à La Tour Eiffel de Georges Seurat !), Berlin Poche vous propose une interview de l’une des co-fondatrices du lieu, Johanna Möller.

 

© Malsalon

 

Qui se cache derrière le Malsalon ?

Nous sommes trois partenaires : Kristin Möller, Anne Naundorf et moi-même, Johanna Möller.

 

Comment vous est venue l’idée d’ouvrir ce salon de peinture ?

J’ai vécu quelques années à New York où j’ai découvert des initiatives de ce genre. Nous étions toutes les trois complètement enthousiasmées par l’idée et nous avons imaginé créer quelque chose d’équivalent à Berlin. Mais au début, il n’était même pas encore question que mon mari, mes enfants et moi, nous rentrions à Berlin ! Kristin, ma belle-sœur, est venue nous voir trois mois à New York et Anne un mois l’année dernière. De là est née l’idée.

 

Qu’est-ce qui différencie le Malsalon d’un cours de dessin ?

Nous ne proposons pas un cours de dessin classique, pas dans le sens académique. Nous privilégions plutôt une approche décontractée du dessin. L’idée est de passer une bonne soirée, seul ou avec des amis. Nous voulons que les gens repartent avec le sentiment d’avoir accompli quelque chose. Qu’ils rentrent à la maison avec une image. Nos participants ne sont pas liés sur le long terme avec nous ; naturellement ils peuvent revenir autant de fois qu’ils le veulent mais le principe c’est « une soirée, une œuvre » !

 

Comment les instructeurs enseignent-ils ou aident-ils les participants durant une séance ?

Les instructeurs accompagnent les participants dans l’image, ils expliquent la technique, donnent des conseils, expliquent les couleurs et leur utilisation. Ils dessinent eux-mêmes des détails ou des points forts de l’œuvre sur un grand tableau : ce sont tous des artistes professionnels, avec beaucoup d’expérience, qui ont du plaisir à transmettre leur savoir-faire.

 

© Malsalon

 

Peut-on achever une image au cours d’une seule séance ou bien faut-il revenir plusieurs fois ?

On choisit les images de sorte à ce qu’on puisse les finir en une soirée. On peut très bien les reproduire de manière plus abstraite, ou bien sélectionner un détail de l’œuvre. Jusqu’ici, tous nos participants ont été ravis de leur expérience avec nous !

 

Et donc on peut rapporter l’image produite à la maison ?

Mais oui ! C’est tout à fait l’idée : après deux heures et demie, l’image est terminée et on la ramène à la maison. C’est pour cette raison que nous peignons avec de l’acrylique, car elle sèche très rapidement.

 

Est-il possible de proposer une œuvre pour une séance du Malsalon ?

Absolument ! Comme nous venons juste d’ouvrir, nous sommes très sensibles aux retours et au ressenti de nos élèves. À partir d’un certain nombre de participants, on pourra intégrer sans problème de nouvelles œuvres au programme.

 

Le prix de 39€ correspond à une soirée au Malsalon. Existe-t-il aussi des formules abonnement ?

39€, c’est le prix pour une séance : tout est inclus, la toile, les couleurs, les pinceaux… Nous réfléchissons actuellement à des tarifs spéciaux pour les gens qui voudraient venir régulièrement.

 

 

Propos recueillis par Hélène Coineau

 

Malsalon
Prenzlauer Berg, Knaackstr.80

Divers rendez-vous tout au long de l’année.
39€ pour une séance de 2h30 (matériel compris !).
Malsalon.de

 

À gagner : 2×2 séances pour le rendez-vous du dimanche 14 juillet (14-16h30) sur Spiel@berlinpoche.de !
En ce jour de fête nationale française, l’équipe du Malsalon vous apprendra le pointillisme sous forme ludique en reproduisant La Tour Eiffel, l’œuvre de Georges Seurat.

Partagez cet article

Laisser un commentaire

  • BERLIN POCHE #74 - JUILLET/AOÛT 2015
  • BERLIN POCHE #73 - JUIN 2015
  • BERLIN POCHE #72 - MAI 2015
  • BERLIN POCHE #71 - AVRIL 2015
  • BERLIN POCHE #70 - MARS 2015
  • BERLIN POCHE #69 - FÉVRIER 2015
  • BERLIN POCHE #68 - DÉC.14/JAN.15
  • BERLIN POCHE #67 - NOVEMBRE 2014
  • BERLIN POCHE #66 - OCTOBRE 2014
  • BERLIN POCHE #65 - SEPTEMBRE 2014
  • BERLIN POCHE #64 - JUILLET/AOÛT 2014
  • BERLIN POCHE #63 - JUIN 2014
  • BERLIN POCHE #62 - MAI 2014
  • BERLIN POCHE #61 - AVRIL 2014
  • BERLIN POCHE #60 - MARS 2014
  • BERLIN POCHE #59 - FÉVRIER 2014
  • BERLIN POCHE #58 - JANVIER 2014
  • BERLIN POCHE #57 - DÉCEMBRE 2013
  • BERLIN POCHE #56 - NOVEMBRE 2013
  • BERLIN POCHE #55 - OCTOBRE 2013
  • BERLIN POCHE #54 - SEPTEMBRE 2013
  • BERLIN POCHE #53 - JUILLET / AOÛT 2013
  • BERLIN POCHE #52 - JUIN 2013
  • BERLIN POCHE #51 - MAI 2013
  • BERLIN POCHE #50 - AVRIL 2013
  • BERLIN POCHE #49 - MARS 2013
  • BERLIN POCHE #48 - FÉV 2013